Vendredi 12 octobre 2018 :: AGAMFAHY « Tisser des violences diffuses »

tumblr_ozv9r7kLPJ1ro7h9bo1_500

l’ Espace en Cours, Julie Heintz, historienne de l’art, professeur à l’ENSAPC, curatrice, présentent:

AGAMFAHY

« Tisser des violences diffuses »

Nous serions très heureux de vous convier

au vernissage AGAMFAHY

le vendredi 12 octobre 2018, de 18 heures à 21 heures,

à l’ Espace en Cours, 56 rue de la réunion, 75020 Paris.

e029106c-cafd-4acd-a3db-4189bc51ccd8

« La violence  est difficile à catégoriser, comme le note les anthropologues américains
Philippe Bourgois et Nancy Scheper-Hughes. 

Elle peut être légitime ou non, visible ou non, nécessaire ou inutile, gratuite,
ou au contraire rationalisée et stratégique.

La violence structurelle
c’est-à-dire celle induite par la façon dont nos sociétés sont construites,
qui s’abat sur les plus démunis, donnent place à une  

violence symbolique

Comme l’explique Pierre Bourdieu, cette dernière désigne un processus,
où les dominés intériorisent leur statut de dominés et se le reprochent. 

Elle se normalise ainsi et devient plus quotidienne,
jusqu’à pénétrer le monde privé et se perpétuer en  

violence intime.

Et malgré cela, rendre compte de ces formes diffuses de violence,
est une tâche bien difficile pour les sciences sociales. 

C’est pourquoi, il est aussi important que des artistes s’emparent de ces questions
et qu’ils réussissent, avec leurs mots, leurs images, leurs matériaux, à transmettre ces expériences. 

Deux artistes, Tal Agam et Lionel Fahy, accompagnés pour cette exposition par
Frédéric Pouzin,  artiste plasticien-lumière, essaient de donner corps
à une épreuve sonore et visuelle. 

Cette installation est une proposition d’immersion qui se veut difficile pour nos sens,
afin de provoquer les spectateurs et d’initier une réflexion. 

Ce travail à partir de peintures, de tissages, de lumières, d’installations et de matières sonores,
a pour finalité de reconstituer une expérience dans nos chairs.
À nous de nous y laisser conduire. »

 (Martin Lamotte, anthropologue, chargé de recherche au CNRS)

226a3edd-f546-4710-bcff-ac73bb83bdd2

Exposition du 13 au 18 octobre. Visites sur rendez-vous.

Vernissage le vendredi 12 octobre.

Ouverture les 13 et 14 octobre de 15 heures à 17 heures,
et sur rendez-vous en dehors de ces horaires.

AGAMFAHY 

(Tal AGAM + Lionel FAHY)

est la réunion et le projet commun de deux artistes,

 ayant développés respectivement une carrière de plus de vingt ans chacun.

AGAMFAHY

est le laboratoire d’expérimentations, où le son, la vidéo et les installations in situ,

complètent des peintures à l’huile,

brodées au point de Beauvais.

1cf96241-3737-48fd-87bf-4fcfe090ff5a

 Tal Agam 

est créatrice sonore et plasticienne.

« Le silence est le refus du bruit, mais il résulte que le moindre bruit,
dans le silence,  devient immense »
déclare Mirò.

Ces petites choses infimes , ces variations, ces harmonies, ces vibrations,
prennent tout le sens dans un espace existant.

Lui retirant toute frontière sonore , dépassant les murs, permettant au promeneur,
au spectateur , de trouver son propre chemin, ou de se perdre.

Chaque personne devient elle même créatrice, imaginant son univers son histoire.

En allant dans le sens d’un récit ou en lui donnant un contrepoint,
l’expérience devient unique grace à ce petit bruit qui devient énorme.

Énorme de sens , énorme dans le silence, énorme dans cet espace.

En 2001 Tal Agam sort avec un diplôme d’ingénieur du son de
l’Institut des Arts de Diffusion en Belgique.

Elle continue son cursus à Southbank University à Londres avec un
Master d’ingénieur en Acoustique Architecturale.

Elle débute son parcours professionnel aux côtés de Wim Vandekeybus
avec Marc Ribot.

 Depuis,  elle collabore avec différents artistes en tant que créatrice sonore.

 Avec Zingaro pour le théâtre équestre, en passant par le théâtre de rue
avec Décor Sonore,

 le cirque avec Philippe Fenwick et Les Colporteurs
et surtout le théâtre auprès de

Stuart SEIDE, Bruno GESLIN, François PARMENTIER, Pierre-Yves CHAPALAIN, Nathalie BÉASSE, François RANCILLAC et Simon DELATTRE.

Elle propose des univers où le son retire toute frontière visuelle
et permet au spectateur de ressentir et vivre des émotions.

Aujourd’hui elle se joint à lionel FAHY pour expérimenter en duo sous le nom
AGAMFAHY.

94cf5933-01c6-4c93-b1c1-1b563f7a8a9f

Lionel FAHY

 Après une carrière de musicien professionnel au sein du groupe
PORTOBELLO BONES dans les années 90,
il a développé depuis plus de vingt ans,
une réputation internationale dans le milieu du tatouage.

Il est un des premiers tatoueurs à avoir formé son trait en école d’art.

Diplômé de l’institut d’arts visuels d’Orléans, son style unique fait qu’il est considéré
comme un des chefs de file de « l’avant-garde française ».

Ses clients se déplacent des quatre continents pour son style unique et précurseur,
ne répondant à aucun des standards du tatouage classique.

Avec son style illustratif et minimaliste, il est connu dans le monde entier
comme un des pionniers de ce style d’art contemporain sur peau.

Il est co-fondateur de la boutique-galerie « les derniers trappeurs » à Paris.

Depuis une dizaine d’années, il travaille sur des recherches plastiques,
notamment via la peinture à l’huile,

et désormais des installation sous le nom de AGAMFAHY.

Frédéric POUZIN
Artiste plasticien lumière – coloriste
Vit et travaille en France.
« On ne voit pas les choses ou les gens, mais seulement la réflexion de la lumière sur eux. »

e029106c-cafd-4acd-a3db-4189bc51ccd8

———————————————-
Prochaines expositions printemps 2019
Angers / France
Bruxelles / Belgique

http://www.agamfahy.xyz
http://www.encours.net/
ahava@agamfahy.xyz